Edgar Cayce : Les âmes soeurs

Publié le par MagdaRita

Bonjour les zamis,
"Edgar Cayce
(1877-1945). Mari aimant, père de deux fils, photographe passionné et catéchiste fervent, fut un homme très simple qui se distingua par ses exceptionnelles facultés parapsychiques.

    Dès sa jeunesse, Cayce s’aperçut qu’il pouvait entrer dans un état d’auto-hypnose où il avait accès à une source intarissable d’informations. Il était alors capable de disserter sur n’importe quel sujet et de répondre à toute question avec exactitude. Les exposés qu’il effectua ainsi furent appelés lectures On en compte plus de quatorze mille."

Je vous propose aujourd'hui d'en finir avec la notion d'âme soeur; Edgar Cayce nous fournit des lectures d'une telle limpidité qu'elles répondent à tous nos questionnements.
MagdaR.


1. Les âmes sœurs

La notion d’âmes sœurs n’est pas nouvelle. Elle existe depuis des millénaires dans différentes cultures, apparaissant dans les mythes, les contes et les légendes. En substance, elle indique que l’âme humaine, intégrale et complète à l’origine, s’est séparée de son Créateur ou s’est fragmentée. Depuis lors, sentant qu’il lui manque quelque chose, elle cherche ardemment à retrouver son intégralité ou à retrouver sa « moitié ».

 

Les lectures de Cayce mentionnent que chaque entité doit accéder à sa propre intégralité et devenir complète en elle-même. Elles soulignent que cela se réalise par l’intermédiaire de nos rapports avec nos semblables. Selon Cayce, nos interactions avec autrui nous permettent de nous connaître nous-mêmes, de découvrir nos talents et nos faiblesses, de prendre conscience de notre véritable identité et de cultiver la relation nous liant à Dieu.

 

Edgar Cayce voyait dans les Annales Akashiques d’une personne le déroulement des rapports que celle-ci avait entretenus d’incarnation en incarnation. Il décrivait l’incidence de ses choix antérieurs sur les situations de sa vie actuelle, la provenance de ses relations et le pourquoi de ses expériences avec autrui.

 

Dans une lecture, Cayce donna une définition des âmes sœurs : « Il s’agit de toutes les personnes qui constituent un complément, une réponse l’une pour l’autre. Nous ne parlons pas d’attraction purement physique, mais nous nous plaçons sur les plans mental et spirituel. » [Lecture 1556-2]

 

Des âmes sœurs se sont connues précédemment et ont la possibilité d’avoir des rapports constructifs dans le présent. Malgré leurs dissentiments, elles peuvent s’allier pour surmonter les épreuves de l’existence.

 

Les relations entre âmes sœurs se rattachent aux processus de croissance spirituelle de chaque être humain. Elles se perpétuent au cours du temps et réapparaissent, sous diverses formes, lorsque les entités doivent résoudre des problèmes restés inachevés ou décident de faire quelque chose ensemble.

 

Nous possédons mainte idée fausse sur les âmes sœurs. Cela vient sans doute de notre désir profond de trouver un partenaire parfait dans la vie, c’est-à-dire notre « moitié » ou l’être qui nous apportera plénitude et bonheur. Par suite, certains croient qu’aucune ombre ne trouble les liens entre âmes sœurs.

 

Les lectures signalent qu’il n’en est point ainsi. Elles précisent que nous sommes attirés par quelqu’un en notre âme, nullement car cette personne est notre unique complément, mais parce que nos rapports avec elle nous permettent d’évoluer vers notre propre intégralité.

En d’autres termes, les relations entre âmes sœurs ont le pouvoir d’accélérer le développement spirituel et de conduire progressivement à la maturation des âmes. Si les êtres concernés donnent le meilleur d’eux-mêmes, ils s’entendent de mieux en mieux, vainquent leurs difficultés et se réjouissent de mener une vie qui en vaut la peine.


Nous avons tous de nombreuses âmes sœurs — dans le couple, en famille, parmi nos connaissances, au travail, dans des groupes. Il existe par conséquent différentes catégories de rapports entre âmes sœurs.

 

Les lectures énoncent que les gens se retrouvent toujours pour une raison spécifique, essentiellement en vue de poursuivre une fructueuse collaboration ou de régler des conflits antérieurs.


Bonnes ou mauvaises, nos relations reprennent là où nous les avions laissées. En effet, il y a continuité de nos schémas émotionnels, de nos aptitudes, de nos desseins, de nos aspirations et de nos idéaux passés.


Cependant, notre manière d’aborder les situations qui se présentent à nous dépend uniquement de nos choix actuels.

http://www.edgarcayce.org/

 

ames-soeurs.JPG(magda)

Publié dans Edgar CAYCE

Commenter cet article