Sirius et la constellation des grands chiens

Publié le par MagdaRita

Bonjour les zamis,
Kwé Enfants de Mère-terre,

Et si on allait faire un tour dans les étoiles - vers SIRIUS - mais cette fois-ci notre guide se nomme Rachel Louve, femme-médecine, qui, entre autres qualités connait les vertus des plantes  .. elle voue amour et respect sans bornes à Mère-Terre.
MagdaR.


 

 

 


Sirius et la constellation des grands chiens

 

 

Ils sont deux à trottiner derrière le grand chasseur, le géant Orion, attachés aux pas de celui qu'ils accompagnèrent jadis dans ces chasses légendaires. Ils restent fidèles jusque dans l'immortalité au héros, condamné à creuser nuit après nuit son sillon étoilé dans le marbre noir du ciel.

Le premier, le plus grand, se tient debout aux pieds du maître, un scintillant groupe d'étoiles diffusant la silhouette d'un chien. Le second, le petit chien comme un couple d'étoile est situé aux épaules d'Orion.

Les chiens du ciel sont visibles, en plein sud, entre 22 heures et minuit au mois de février.

La constellation du grand chien serait restée dans les limbes si n'eu été de ce joyau unique qui illumine la gueule de l'animal, la somptueuse Sirius.

Il est impossible de la rater, c'est l'étoile la plus lumineuse du ciel. Blanche bleutée, elle étincelle au firmament comme un pur cristal. Elle est 23 fois plus brillante que le soleil, plus massive et plus volumineuse.

À l'origine, elle seule, eut droit à l'intérêt des anciens et à l'appellation de "chien".

La constellation est une création plus tardive fabriquée par les astronomes de l'antiquité avec des étoiles voisines, mais dont l'éclat est éclipsé par celui de Sirius.

Selon les interprétations, le grand chien se tient debout sur ses pattes arrières faisant fête à Orion ou bien il trotte en arrière.

Sirius est tantôt l'œil de la bête, tantôt le feu qui sort de sa gueule ou parfois de sa truffe humide.

L'animal lève une patte avant celle qui porte l'étoile " Mirzam" ( l'annonceur) ainsi nommée car elle se lève juste avant Sirius, c'est une rareté, il n'y a que quelques dizaines d'exemplaires connus. Wezen, une super géante distante de 2100 années-lumière, s'accroche à l'arrière train frétillant du chien. Si elle avait été plus proche, elle faisait une bouchée de Sirius car sa luminosité est 2600 fois supérieure à celle ci.

La patte arrière droite de la bête porte " Adhara" la vingt-deuxième étoile la plus brillante du ciel, elle brille comme 9000 soleils. "Aludra" sur la cuisse gauche au niveau de la queue, achève la silhouette du chien. C'est une étoile super géante 55 000 fois plus lumineuse que le soleil.

Elle aurait pu rivaliser avec les bijoux du maître Orion, au lieu d'être condamnée, comme ses compagnes à vivre dans l'ombre de la diva céleste.

Les Égyptiens voyaient en Sirius, l'Étoile du Nil ou l'Étoile d'Isis. L'astre avait en effet à cette époque la particularité de se lever juste avant l'aube, au premier bâillement du soleil au moment du solstice d'été. Les crues bienfaitrices du Nil avaient lieu juste après cet événement.

Les Égyptiens vouaient une reconnaissance particulière à l'étoile, au point de l'associer au culte de la déesse Isis.

Sirius était le chien du ciel pour tous les anciens. Les Chaldéens la nommaient " L'Étoile du Chien en tête ", les Babyloniens " l'Étoile du Chien ", les Assyriens et les Akkadiens " le Chien du soleil ". Les Chinois voyaient en elle un loup et les aborigènes d'Australie un aigle.

Les Grecs et les Romains traitaient Sirius comme un bâtard enragé au lieu de le sacraliser car son lever héliaque annonçait l'arrivée des grandes chaleurs estivales. Ils pensaient qu'elle donnait la fièvre aux hommes et qu'elle rendait les chiens fous et cela a perduré jusqu'à la renaissance italienne et c'est pour cela que l'on parle encore aujourd'hui de canicule -de Canicula, "la petite chienne " le nom romain de Sirius.

Pour désigner les jours les plus chauds de l'année, le nom actuel de Sirius dériverait directement des mots grecs qui signifient " l'Étincelant " ou " brûlant ".

En dépit de sa beauté, Sirius n'est ni un dieu ni un héros et sa légende est liée à une série de constats astronomiques. Mais le ciel a tout de même pallié à cette carence, l'a dotant d'un curieux compagnon " Sirius B " qui gravite autour d'elle en 50 ans, c'est une naine blanche, la première à avoir été découverte. Sa luminosité est 400 fois inférieure à notre soleil ainsi que sa taille qui est 50 fois plus petite que celui-ci. Elle demeure indécelable à l'œil nu.

Pour rester dans l'histoire de couple, deux étoiles forment la minuscule constellation du " Petit chien ". La plus remarquable est Procyon, dont le nom grecs signifie " Avant le chien " car elle se lève avant Sirius.

Procyon est la huitième étoile du système par ordre d'éclat et l'une des quinze plus proches connus de nous car sa distance est 11,5 années-lumière. Elle est six fois plus lumineuse que le soleil et a le double de diamètre. Là encore le ciel la doté d'un compagnon " Procyon B " qui ressemble comme deux gouttes de nuit à Sirius B, une naine blanche.

Les anciens ne voyaient pas uniquement des étoiles dans les constellations, ils percevaient quelques amas, nébuleuses et galaxies dont l'aspect floconneux les intriguaient beaucoup.

Dans le grand chien au sud de Sirius se trouve l'amas d'étoiles " M41".

En -325 avt J.-C, le philosophe grecs Aristote fut le premier a le repéré le désignant comme l'un des rares points nuageux de la voûte céleste. Situé à quelque 2300 années-lumière, " Messier 41",

Est un amas ouvert regroupant une centaine d'astres. Un splendide poudroiement stellaire constitué d'étoiles bleues et rouges, séparées par deux ou trois années-lumière seulement.


Vue de là-bas, la voûte céleste doit étinceler de dizaines de Sirius. Une vraie meute...

 

AdaptationRachel Louve

Publié dans frères des étoiles

Commenter cet article

Regis 10/03/2010 13:52


Notre soeur Rachel Louve ne finira pas de nous ravir et de nous étonner par toutes ses connaissances terrestres...et célestes .
Kwé à tous wanta qo it ( amour en langage algonquin )

Régis