le passage de don

Publié le par MagdaRita


Bonjour les zamis,
Dans mon enfance il y avait un genre de discussion qui me faisait dresser l'oreille - du style :
- Il a reçu ce don de son grand-père...
- quelquefois, les dons sautent une génération...
- C'est à ce neveu là que l'oncle Jules à transmis son don...
- Souvent, avoir un don, ça n'est pas un cadeau !?!????
etc etc.
Pas la peine, à l'époque de demander une explication - j'étais vite renvoyée à mes poupées.


Bien entendu, par la suite j'ai bien compris de quoi il s'agissait -à peu près - sauf que le "passage" de don demeurait une énigme.
A quel moment l'oncle Jules choisissait-il l'heureux neveu ?
Quels étaient les critères de sélection ? (juste parce qu'ils avaient la même fossette au menton ? )
Et, est-ce que le neveux en question était d'accord ?
Quelle nébuleuse que tout ça ... surtout que dans la famille, y'en avait des dons ! Entre les grands mères et grands-tantes qui connaissaient les simples et qui fabriquaient des élixir de vie... beurk ! surtout celui du printemps composé de plantes amères (bon pour drainer les foie et vésicule).

Le tonton machin qui barrait le feu - non mais, vous entendez comme cette simple phrase comporte de mystères, surtout lorsque vous entrez dans la pièce et que tout le monde s'arrête de respirer parce que vous pointez votre nez.


Ah la la ! des fois j'aurais bien voulu avoir les dons de toute la famille - être l'élue chérie - d'autres fois je m'disais... c'est quand même louche !
Surtout parce j'ai compris qu'il y a des dons moins nobles... hé oui - barrer le feu et jouer les sorcières dans les bois passe encore... mais... certains dons dérangent.

Entrons dans le vif du sujet.
En 2003, je décide de faire un petit voyage sur mon lac de Garda en Italie, d'où est originaire ma famille. Bien quinze ans que je n'y étais allée.


Un après-midi, me voila en visite chez ma petite cousine Paola. Tellement heureuses de nous retrouver depuis tout ce temps, nous voici à parler, parler (comment ça,  C bien des nanas ?!!)  assises dans la cuisine.
C'est alors, que du tréfonds de moi-même une petite voix se fait entendre :
"Demande lui un café. " Je suis complètement stupéfaite par cette intrusion et aussi par ce qui m’est demandé.  Alors, de la même façon, je réponds : «  Non, pas question ! »

Et la petite voix recommence : « demande lui un café ». Comme je sens que je ne vais pas gagner à ce jeux, je m’adresse à ma cousine et lui demande un café. Elle s’empresse bien entendu, s’excusant de n’y avoir pensé plus tôt…. Lorsque la petite voix remet ça : « Fais le café toi-même » … bref, je m’arrange pour faire asseoir la cousine et faire le café. Croyez-moi, ça demande une grande diplomatie !


Ce qui se passe ensuite, je n’arrive pas à le croire encore. La petite voix me guide, et je demande une casserole dans laquelle je mets de l’eau, du sucre.. faire bouillir et rapidement ajouter du café moulu – mélanger rapidement – faire mousser – servir aussitôt dans les tasses… siroter l’air d'assurer un maximum... pour entendre ma cousine, ravie, qui  dit :

« C’est la première fois que je bois un café turc – tu as eu une bonne idée ! »


Et après ? que croyez-vous qu'il s'est passé ?

Le café bu, toujours sous la direction de la petite voix, je renverse la tasse vide sur la sous-tasse et j’attends. Ma cousine jubile. Pour ma part, je dois avouer que l’aventure me plaît bien, tout compte fait.

Toujours, au signal de la P.V. je retourne la tasse de Paola et, la P.V. se tait.

– Ho  la traîtresse ! lui dis-je intérieurement !

 

Alors, je regarde les fioritures que le marc de café à dessinées dans le fond de la tasse et à cet instant tout me semble évident. Les paroles me sortent de la bouche – je débite – je débite – Je lis dans les marcs de café comme dans un livre ouvert. Je remarque aussi que me viennent des messages de personnes DCD de notre famille, destinés à ma cousine, très émue.

 

Lorsque j’ai terminé, ma cousine Paola me dit :

« Non seulement tu connais les vertus des plantes, mais tu as aussi récupéré le don de ma grand-mère Poola ? » (ma grand-tante).

« Ben heu.. oui. Sauf que je ne savais pas que nous avions une diseuse de bonne aventure dans la famille. »

« Shut ! faut pas l’ dire ! »

 

 

Et vous savez quoi ? chez toutes mes zamies, il y a du café spécial café turc – des fois que je passerais par là et que j’aurais envie d’en lire un … heu d’en boire un !

 

DSCN3439.JPG


à bientôt pour de nouvelles zaventures.
MagdaR.

ecoledesanges.com

 

Publié dans mes aventures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

isane 04/03/2010 08:38


quelle belle histoire que j'ai lu avec sourire en mon coeur.
continue chere magda ta vie est pleine de dons  partage les... tu en seras largement recompensé. 
grande abrazo isane