Des enfants indigo au moyen-âge

Publié le par MagdaRita

Petite histoire du Mont Saint-Michel
Bonjour les zamis !
Je vous retranscrits un fait historique "très space" qui s'est assé au Mont Saint Michel.




(image :http://www.pbase.com/francist/image/5245113)

..."Si vous aviez vécu au Moyen Âge, vous auriez été témoin d'un phénomène incroyable et mystérieux, sans équivalent pour aucun des grands sanctuaires chrétiens : des ribambelles d'enfants et d'interminables processions traversaient la baie pour vénérer l'Archange.

On les vit pour la première fois en 1333. La guerre de Cent Ans se préparait. Saura-t-on jamais pourquoi trente mille gamins, dont certains n'avaient pas neuf ans, se mirent en route ?

Les uns disaient que c'était la volonté de Dieux, une force irrépressible, d'autres que des voix leur avaient ordonné ce voyage.
Ils avaient tout quitté du jour au lendemain, parfois sans un mot aux parents, formant des bandes qui s'augmentaient de village en village. Malheur aux adultes qui prétendaient les arrêter.

La femme de Richard Hugier, de Porterie près de Bayeux, veut retenir sa fille. Elle perd la parole et son visage devient noirâtre. Tout rentre dans l'ordre aussitôt l'autorisation donnée.

Nicolas le Pellier, un enfant de neuf ans, veut suivre les Pastoureaux qui traversent Liège en Belgique. Son père lui conseille d'attendre un an ou deux. Mais le gamin ne veut rien entendre. Le voilà qui rallie trois pèlerins de son âge. Le père, transporté de colère, rattrape son fils préféré, le tire par les cheveux, le gifle, mais s'écroule aussitôt, raide mort.

Le Mont attire bientôt des enfants de toute la France et même d'Allemagne et de Suisse.

- En 1393, des enfants de onze et quize ans se rassemblent à Montpellier.
- En 1421, le Roi laisse partir ses "galopins de cuisine" et leur donne seize sous à chacun.
- Le 17 juillet 1441, des adolescents de Millau se rendent au Mont. Ils en reviennent le 27 août.
- L'année suivante, la municipalité de Villefranche-de-Rouergue délègue ses enfants au sanctuaire dans l'espoir de faire cesser une épidémie.
- Le dominicain Piere Herp signale en juillet 1450 le départ de mille cent enfants allemands.
- La Chronique de Cologne raconte qu'en 1455, "il y eut un grand pèlerinage au Mont Saint-Michel en Normandie, pèlerinage dont la durée fut d'environ deux ans et qui était formée de petits enfants de huit, neuf, dix et douze ans, venant de tous les pays, villes, villages d'Allemagne, de Belgique et d'autres contrées. Ils se réunissaient en grandes troupes, abandonnant pères et mères; le cortège était précédé d'étandards avec des effigies de Saint Michel... Ces enfants se portaient bien car tout le long de la route, on leur donnait à boire et à manger. A leur arrivée au Mont Saint-Michel, ils offraient leurs étandards à l'Archange."

Les plus grandes migrations ont eu lieu en 1333, 1369, 1393, 1421, 1441, 1450 et 1457, mais il y eut encore des Pastoureaux au XVIIIème  siècle et les pèlerinages actuels des scouts au Mont Saint-Michel semblent perpétuer cette mystérieuse fascination des enfants pour l'Archange..."


Récit extrait de : Les secrets du Mont Saint-Michel pyramide des mers. de Alain Dag'Naud aux ed. Jean-Paul Gisserot.

Magda-Rita

Publié dans Les Nouveaux enfants

Commenter cet article

Cesco 31/05/2009 16:16

D'un Mont Saint-Michel à l'autre, il y a aussi celui du Monte Sant’ Angelo en Italie. Presque oublié aujourd’hui, ce sanctuaire du Gargano, l’éperon de la botte italienne, fut l’un des plus célèbres de la chrétienté. Et l’un des premiers puisque la tradition y place l’apparition de l’archange à la fin du Ve siècle. Bien avant le mont de Normandie, bien avant la dévotion à saint Jacques en Galice, Saint-Michel du mont Gargan draina des millions de pèlerins vers sa grotte sacrée. Et tous ceux qui se rendaient en Terre sainte en s’embarquant dans les ports du sud de l’Italie venaient saluer l’archange.
 
Au Monte Sant’ Angelo, la dévotion demeure, mêlée de tradition populaire. Le jour de la fête patronale, une procession pittoresque parcourt les ruelles du village et l’on se presse encore pour s’approcher de l’archange, comme aux grands jours des pèlerinages médiévaux.
 
 

dh32 01/03/2009 21:49

 "ON NE NOUS DIT PAS TOUT"...."MAIS C'EST BIEN SÛR"...point d'interrogation...ça me rend triste...et j'en pleurerais...SI...SI...SI...allez va...je m'en remettrai !!! Bisous

dh32 01/03/2009 18:22

Passionnante cette histoire !!! Vraiment..."très space"...je ne sais pas ! C'est une bonne question...à méditer ! Bisous

MagdaRita 01/03/2009 21:03


"ON NE NOUS DIT PAS TOUT"  comme dirait une humoriste bien française (lol)