une retraite à Figueira

Publié le

Bonjour les zamis,
Nul doute que, comme moi, vous aimeriez vivre dans ce paradis terrestre, afin de vous y ressourcer ...Tout paraît irréel, et pourtant, ils l'ont fait ! 


À Figueira, des maisonnettes nichées dans une végétation luxuriante permettent à ceux qui en ont besoin de faire des retraites spirituelles.
Des jardins potagers, des vergers et des plantations biologiques variées sont disséminés dans des paysages vallonnés et paisibles.
Une forêt d'eucalyptus abrite un sanctuaire où, depuis des années, une veille silencieuse est poursuivie sans interruption. Toutes les deux heures, jour et nuit, l’un des résidents vient méditer en ce lieu, où l'on sent une énergie spirituelle intense qui ouvre la conscience à la présence des hiérarchies célestes.



Des maisonnettes nichées dans une végétation luxuriante permettent à ceux qui en ont besoin de faire des retraites spirituelles.

De nombreuses activités sociales sont offertes aux habitants de la région :
dispensaire et repas gratuits, partage des récoltes, dons de semences, soutien à l'hôpital local, etc.
L'une des particularités de Figueira est une totale liberté par rapport à l'argent. L'accès n'est interdit à personne pour des raisons financières puisque aucun paiement n'est jamais exigé.
Tout est offert gratuitement.

Il y a simplement des troncs placés un peu partout qui invitent à faire des donations pour soutenir le centre.
Et, après plus de vingt ans de fonctionnement, les résultats sont impressionnants :


des dizaines de bâtiments, d'immenses jardins potagers, des dizaines d'hectares de cultures biologiques, des dispensaires et des lieux de thérapie, un refuge pour animaux, des lieux de méd
itation et de prière, une grande salle de conférences et de concerts qui peut abriter plus de mille personnes, etc.


Il y a des vérités dons le destin est de ressembler à des utopies. Elles sont comme des étoiles lointaines, dont l'éclat passe inaperçu de la majorité des gens. Il y a pourtant ceux qui scrutent le firmament et confient à la lumière de ces étoiles leur aspiration à un monde meilleur. Et il y a aussi ceux qui, osant transcender des modèles établis, invoquent ces lumières et trouvent à l'intérieur d’eux-mêmes la force de faire de l'utopie une réalité.

Il existe une Figueira qui est constituée de terres, de plantations, de bois, de lacs, de ruisseaux, de chemins, de maisons et d’ateliers de travail. Et il en existe une autre, invisible aux sens, mais qui se révèle au cœur. La première se localise au Brésil, dans le sud de l’état du Minas Gerais. Elle est visitée par beaucoup de personnes, qui y viennent pour des raisons diverses, mais qui, toutes, ont une motivation commune, pas toujours consciente: la rencontre avec l'essence intérieure de leur propre être.

Dans cette Figueira, la vie est simple, ordonnée, et l'on cherche à obéir à la loi de la nécessité. Il y a des horaires établis pour les travaux manuels, les études et les repas, avec des intervalles suffisants pour le recueillement et le sommeil. On y cultive le silence et l'accord avec le monde intérieur ; on s'y occupe des personnes nécessiteuses de la région.

L'autre Figueira se situe dans l'espace de la conscience. Elle est, donc, intemporelle et ne peut pas être décrite. Malgré cela, elle est perceptible et l'on peut entrer en contact avec elle dans le silence de l'être.

Symboliquement, nous pouvons dire que ces deux Figueiras constituent un seul arbre, qu'elles sont deux composantes d'une seule réalité. La Figueira visible est formée du tronc, des branches et des feuilles. L'autre, l'invisible, formée des racines, est en contact avec les dimensions internes de la planète.


La Figueira invisible est en contact avec les dimensions internes de la planète.


Figueira est une utopie qui, à chaque instant, devient réalité. Être à Figueira est un processus vivant, transformateur, surtout si nous sommes en accord avec ce qui est occulté, avec les racines.
Le travail à Figueira ne vise pas au commerce et n'est pas taxé. Ses fruits sont offerts à la Vie Unique, au bénéfice du bien commun. À Figueira, on ne fait ni politique, ni syncrétisme, pas plus que de différence entre les religions formelles. La vie à Figueira est imprégnée d'une profonde religiosité, qu'expérimentent ceux qui cherchent, avec simplicité, la vérité intérieure.


Figueira porte en sa sève la lumière des étoiles lointaines. Ceux qui y résident joignent leurs efforts à ceux qui y sont de passage: ensemble, tous cherchent à faire de la Figueira visible la plus fidèle expression possible de sa contrepartie invisible.
Tâche difficile, puisque la première présente les limites du monde tangible, tandis que l'autre pénètre des sphères plus vastes, étant un miroir de l'espace sidéral.


En tant que centre de service, Figueira cherche à jeter les semences d'une vie en harmonie avec des lois universelles, qui régissent des civilisations évoluées de l'intérieur de la Terre et de l'espace infini.
Exister de cette manière est, en soi, un défi, mais un défi assumé par amour.


C'est ainsi que nous appelons les vents de la transformation.
Oui, que volent les semences de cette nouvelle vie, que partout puisse être préparé le sol qui, un jour, les accueillera !
Ce sol est la conscience. C'est ici que le visible et l'invisible se fondent ; c’est dans l'éveil de cette conscience que l'utopie devient réalité.


Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter le secrétariat général de Figueira à l’adresse suivante :
Caixa postal 29
Carmo de Cachoeira/MG – Brésil – 37225-000
Tél. (5535)225-1293
http://www.erenouvelle

Magda-Rita

Merci de reproduire ce message dans sa totalité y compris ces quelques lignes
en faisant référence au site
:
  
   http://www.ecoledesanges.over-blog.com


Publié dans documentaires

Commenter cet article

wizzil 19/11/2008 19:21

Fascinant...merci pour cette info et bonne soirée !

19/11/2008 23:50


j'aimerais vraiment y passer un moment. Ce qui me fascine, c'est de se retrouver dans un village comlètement immegé dans une nature luxuriante, en silence... le coeur ouvert.
bonne soirée à toi aussi