Dans l’oeil de l’ange

Publié le

Dans l’oeil de l’ange

Vous aimez le style roman policier ?

Alors “Dans l’oeil de l’ange” de Andréa H. Japp est fait pour vous. (Ed. le livre de poche).

L’auteur est toxicologue, expert auprès de la NASA et l’action se déroule dans le cadre des laboratoires Caine Probiotex, spécialisés dans les vaccins !

Il y est question de prion, de la forme iatrogène de la maladie de Creutzfeldt-Jacob, c’est-à-dire celle proprovoquée par des traitements médicaux, greffes, injections, etc. .

Et on découvre que, pour produire ses vaccins, le laboratoire utilise du sérum de veau contaminé . . . Payé au 1/10ème de son prix, alors que les lots auraient dû être détruits. Du fric, beaucoup de fric, et des meurtres qui se multiplient.

  “souvent les auteurs de romans policiers, sous prétexte de fiction sont beaucoup plus libres que les journalistes pour dénoncer les dérapages de l’actualité”. Signalons aussi que même le cinéma aborde le problème en mettant en scène l’armée des chiens et celle des chats. Ces derniers voulant détruire un nouveau vaccin qui, s’il est mis au point, permettrait l’éradication de toutes les allergies canines . . . (Cats and Dogs de L. Guterman).

.
 
 
  VACCINATIONS  Le droit de choisir
Docteur François CHOFFAT

Le Docteur Choffat, est médecin homéopathe en Suisse et responsable d’un centre de santé holistique réputé. Riche d’une expérience de plus de 20 ans en homéopathie, il a su apporter les fruits de son expérience dans l’approche des vaccinations.

Des politiques de vaccinations systématiques sont proposées - quand ce n’est pas imposées - pour prévenir de plus en plus de maladies. De l’enfance à l’adolescence, nos enfants sont ainsi soumis à une batterie impressionnante de vaccins. En France, les parents sont soumis à l’obligation de vacciner !

Mais nous savons maintenant que la vaccination n’est pas un acte anodin et qu’elle peut parfois avoir des conséquences dramatiques. Bien qu’occultées par la grande presse, des questions légitimes ont le droit d’être posées :

Avons-nous besoin de tous ces vaccins ? sont-ils sans danger ? Leurs effets à long terme sont-ils connus ? Jusqu’où augmentera-t-on la panoplie des vaccins de routine ? Faut-il vraiment prévenir toutes les maladies contre lesquelles il existe un vaccin, les plus bénignes comme les plus improbables ? Les maladies d’enfance comme la rougeole et les oreillons n’ont-elles pas leur utilité ? N’y a-t-il pas d’autres moyens de prévention plus respectueux de l’équilibre santé ?

C’est à toutes ces questions et à bien d’autres que répond le Docteur Choffat. Sur la base de son vécu personnel justifié par une longue pratique de médecin homéopathe, il fait état de ses doutes envers les vaccins et remet en cause l’obligation vaccinale.

C’est un plaidoyer pour la liberté de vacciner, mais en individu responsable et averti. Une lecture indispensable à tous parents soucieux de préserver la santé et le potentiel immunitaire de leurs enfants.

Tous les vaccins sont examinés avec leur utilité réelle, leurs indications et contre-indications. Avec des précisions sur les moyens homéopathiques pour contrer leurs effets négatifs.

-

Les livres traitant des vaccinations se multiplient. Effet de mode ou mouvement de fond, face au besoin de savoir de la population ?

L’intérêt de celui-ci est d’exposer le point de vue d’un médecin étranger, qui s’est interrogé “sur les limites d’une médecine toute puissante qu’on lui avait enseignée” et que son expérience personnelle a amené à douter.

Il constate qu’alors que les épidémies disparaissent, que le niveau de vie et l’hygiène s’améliorent, les contraintes vaccinales ne font, paradoxalement, que se multiplier.

Par ailleurs, après les vaccinations contre les fléaux, on a vu naître les vaccinations contre les maladies benignes et maintenant contre les maladies non-contagieuses (cancers . . .).

Or son expérience de “drainage de vaccins” par les nosodes l’a convaincu de la réalité de leurs effets nocifs et le rend très prudent quant à leur utilisation. Il constate que “l’uniformisation planétaire des programmes de vaccinations profite plus aux laboratoires qu’aux enfants” qui représentent “un marché captif”. Pour lui “toute vaccination inutile fait courir un risque injustifié”.

Démarche à signaler :
le Dr CHOFFAT consulte systématiquement le carnet de vaccinations lors de ses consultations et constate que “souvent telle maladie est survenue juste après une vaccination”. Combien de nos médecins le font-ils ? Alors que la majorité ignore ou nie tout lien possible.


http://www.ctanet.fr/vaccination-information/bull012f.htm
www.infovaccins.ch

Publié dans Bien-Etre Santé

Commenter cet article