Déjà vacciné ? comment s'en sortir (2)

Publié le

Que contient un vaccin ?

Tout d'abord, un antigène viral ou bactérien, c'est-à-dire un germe (virus ou bactérie) soit tué, généralement par le formol ou par la chaleur ou par le passage répété sur un milieu de culture (ex : le BCG par 230 passages sur des pommes de terre mélangées à la bile de boeuf ou le vaccin contre la rougeole, par 85 passages sur des fibroblastes de poulets.)

Les vaccins bactériens peuvent être entiers, ou ne contenir que des fragments antigéniques extraits de la bactérie.
Pour fabriquer les vaccins viraux, il faut des cultures de cellules car un virus ne peut vivre à l'intérieur d'une cellule. Pour ces cultures, on utilise des éléments prélevés sur les animaux (rein de singe, ovaire d'hamster, cerveau de lapin, embryons de poulets), ou des foetus. Ensuite, pour assurer une production industrielle des vaccins, il est nécessaire d'avoir des cellules en continu à partir d'une souche vaccinale que l'on cancérise pour qu'elles se reproduisent à l'infini, et qui peuvent être contaminées par des virus inconnus, tel le SV 40 contaminant ou par des protéines transformantes.


En outre, les cultures cellulaires ne peuvent croître que si elles reçoivent de la nourriture, généralement du sérum de veau qui contient des facteurs de croissance. A ce sujet, on peut se demander s'il n'existe pas de risques de propagation de prions. Il est aussi nécessaire d'utiliser des antibiotiques afin d'éliminer toute contamination bactérienne des cultures cellulaires, fréquente dans les laboratoires.
Pour que les vaccins soient plus actifs, on ajoute à la préparation vaccinale un adjuvant de l'immunité, susceptible d'augmenter les réponses immunitaires, la plupart du temps de l'hydroxyde d'aluminium qui occasionne souvent de graves allergies. Enfin, sont également introduits des conservateurs à base de mercure, des stabilisateurs et des excipients dans la plupart des vaccins.
En bref, les vaccins contiennent plusieurs produits toxiques potentiels dangereux qui obligent notre corps à les reconnaître, puis à les neutraliser si c'est possible.
Actuellement, de nombreux vaccins sont produits par génie génétique, c'est-à-dire qu'au lieu d'utiliser le virus ou la bactérie, on va isoler certains segments de leurs chromosomes et les greffer sur d'autres pour obtenir des éléments hybrides non existants dans la nature. Il s'agit donc d'une manipulation du vivant.
Ces vaccins peuvent aussi activer des oncogènes, réprimer des anti-oncogènes, altérer ou déplacer des gènes. On peut les considérer comme des facteurs de cancérisation à terme.
Puisque les français rejettent avec vigueur les OGM, on comprend mal comment ils acceptent des vaccins génétiquement manipulés. Sans doute est-ce par ignorance.
La vaccination met en jeu des mécanismes immunitaires infiniment complexes dont nous n'avons qu'une connaissance très imparfaite, l'immunologie étant une science qui n'a pas cinquante ans d'existence.

à suivre...

Magda-Rita

extrait du livret écrit par les Dr André Banos - Sylvie Simon

Merci de reproduire ce message dans sa totalité y compris ces quelques lignes
en faisant référence au site
:
  
   http://www.ecoledesanges.over-blog.com


Publié dans Les Nouveaux enfants

Commenter cet article

wizzil 01/11/2008 13:26

Merci magda pour ces articles très très intéressants.. je vais faire circuler cette info qui est bien présentée !

01/11/2008 17:59



il est intéressant que l'information circule... merci à toi