Prendre de la hauteur

Publié le par Magda Rita Maffezzoli

Bonjour,

Je me trouve actuellement à Toronto, ville que je commence à bien connaître puisque, ma fille y résidant,  j'y fais de fréquents séjours. Hier, dimanche, je suis allée à la messe. J'avais envie de prier en groupe et chanter, souvenirs de mon enfance. D'aucun diront qu'il n'est pas besoin d'aller dans une église pour prier et je suis tout à fait d'accord, cependant, suivre la liturgie d'une messe, s'impliquer dans son mystère, prier au plus profond de soi pour ne faire qu'UN avec l'assistance, peut nous emporter vers de sublimes extases.

Dimanche, affrontant le froid canadien, je choisis de me rendre à Saint Nicholas Ukrainian Church, située à une quinzaine de minutes de l'endroit où je réside. A mon arrivée, la messe étant commencée, je fus accueillie par des chants merveilleux, des voix de femmes chantant dans les aigus, des voix angéliques qui, aussitôt, m'emportèrent aux nues. D'innombrables lueurs de bougies placées un peu partout dans l'église animaient les immenses icônes peintes sur les murs. Il m'avait suffit de pousser la porte d'une église pour me voir transportée au coeur de l'Ukraine. Autour de moi, des hommes et des femmes de tous âges, priaient avec ferveur dans une langue inconnue, l'Ukrainien. La prière, la dévotion, ne connaissent pas les frontières. les idiomes employés par chacun pour exprimer sa foi importent peu, seule la ferveur s'élève au firmament.

A un certain moment de la liturgie, les prêtres exécutèrent des signes de croix repris par l'assemblée. Des signes de croix à l'envers que font les orthodoxes.

Si je vous écris cet article très banal d'une personne qui va à l'église un dimanche matin c'est qu'à partir de ce signe de croix je me suis posé mille questions. Dans un premier temps, je me signai comme j'avais toujours appris, mais cela ne me satisfaisait pas. J'ai toujours eu, pour principe, de me conformer aux us et coutumes des personnes que je visite. Je voyage beaucoup et depuis longtemps et cela a toujours été mon credo. J'ai donc calqué mon signe de croix sur celui des personnes alentours. Cela ne me satisfaisait toujours pas car ce signe de croix perdait, tout à coup,  sa signification profonde... j'essayai de savoir pourquoi je me sentais autant troublée. J'avais le sentiment de trahir ...

C'est à ce moment que les voix cristallines des religieuses installées sur le balcon, à l'étage, s'élevèrent,  faisant oublier mes hésitations de petite humaine. Plus rien n'existait que  ce chant d'une extrême pureté. L'assemblée, agenouillée levait les yeux, cherchant à apercevoir des anges voler dans la nef tant la musique paraissait venir d'autres sphères.

Les questions qui m'avaient préoccupée auparavant s'étaient dématérialisées. L'ineffable beauté des chants avait, en un instant, délité toutes préoccupations mentales.

C'est pourquoi je vous invite, mes chers amis (ainsi que moi-même), en cette nouvelle année à élever nos aspirations et prendre de la hauteur sur toutes nos réoccupations.

Je vous souhaite de vivre chaque instant, intensément, accompagnés de vos anges gardiens.

Magda Rita

 

Prendre de la hauteur
Prendre de la hauteur

Publié dans mes aventures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OSTERNAUD 17/01/2018 14:41

merci de tout cœur pour cette belle réflexion et quelle belle peinture et musique
que les Anges continuent de vous porter dans cette belle ascension

Magda Rita Maffezzoli 17/01/2018 14:53

Merci pour vos encouragements,
Haha, j'en prends bonne note ! à très bientôt,